« Les crises à venir à la merci de l'occultation des faits | Accueil | Savoir être pour savoir agir en situation de crise »

18/04/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Philippe B.


Cela ne s'improvise pas.

Mais finalement, comme tu l'écris, que reste-t-il au reflux de la déferlante ? Si ce n'est la déferlante suivante ?

Je pense que nous sommes tous tenus par une peur partagée : aujourd'hui, tout le monde - dans la sphère économique, mais également politique, sociale, etc. - veut "à tout prix" éviter le traumatisme, au sens premier du terme : "dommage structurel ou fonctionnel irréversible". L'irréversibilité, ça c'est la grande peur. Ce qui fera disparaître même les "too big to fail", ce qui transformera durablement l'une des entreprises préférées des français en pollueur national. Pèse alors sur ces responsables de traumas une présomption de culpabilité que n'importe qui souhaite éviter car elle limite durablement la capacité à agir (qu'elle soit économique, politique, etc.).

Pour éviter l'irréversibilité, il faut se préparer à prendre les actions sincères nécessaires en cas de crise (sinon ce que j'écris plus loin n'est qu'horriblement cynique) et délivrer rapidement le message immédiatement audible. Cela ne s'improvise pas. Pour clore le procès médiatique immédiat en responsabilité. Au moins le temps que les foudres divines ne s'abattent sur quelqu'un d'autre. Au moins le temps de s'armer pour le procès médiatique en culpabilité (s'il a le temps d'émmerger avant la déferlante suivante).

Dans ce contexte, si les actions à mettre en oeuvre diffèrents d'une situation à l'autre, je trouve les (nos) messages de plus en plus stéréotypés : à toute situation de crise, je réponds (dans un ordre différent selon la situation) :
- message de responsabilité : "nous avons conscience de la situation [grave] et prenons toutes les mesures pour faire cesser le trouble" ;
- message d'empathie : "je comprends l'émoi que suscite la situation, et j'assure tous les [riverains]/[familles]/[téléspectateurs]/etc. que nous mettons tout en oeuvre pour rendre la situation inoffensive et minimiser les risques" ;
- message de sympathie ("souffrir avec") s'il y a des victimes : "je m'associe à la douleur des familles dans ces moments dramatiques".

Inondations mortelles en Charentes, les affaires volcaniques et aéronautiques, le H1N1, etc.

A ce jeu-là, nous, décideurs, sommes de moins en moins audibles. Je pense que nous sommes de moins en moins crédibles. Les journalistes qui se laissent dominés par des acteurs archi-médiatrainés et ont perdus tout sens critique et toute éthique de l'information au prix de l'immédiateté sont responsables autant que les plus cyniques des portes-paroles.

Pris dans la spirale de l'immédiateté, les médias et les communiquants ont adopté depuis des années une stratégie commune qui les a mené à leur perte : la caricature, l'ultra-simplification, le message univoque audible et compréhensible par tous. Mais ils ont perdu toute crédibilité car (Paul Valéry), ce qui est simple est faux...

Collectivement, ils n'iront jamais aussi vite que Twitter qui délivre l'information "de l'intérieur". Qu'ils abandonnent l'immédiateté. Twitter n'est que le début d'une décentralisation totale des données informatives. Personne ne leur en voudra. Qu'ils reviennent sur l'objet même de l'information (i.e. "donner forme à l'esprit") : l'analyse critique et pédagogique des situations. Il faudra certainement plus que quelques dizaines de secondes et quelques phrases choc par exposé. Mais n'en sortiront-ils pas légitimés (et donc crédibles) ?

Cela demande plus de talent, plus de courage, plus de volonté. Et cela ne s'improvise toujours pas...

Philippe B.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

avril 2013

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
IGRC
L'Institut de Gestion des Risques et des Crises
► www.igrc-institut.com

JUSTICE AU SINGULIER
Le Blog de Philippe Bilger
► www.philippebilger.com